Plan hot à la piscine...

17/12/2015

En couple depuis 15 ans avec Sébastien,  je m'appelle Pauline et je suis infirmière dans un hôpital parisien. Maman épanouie de 42 ans, j'essaies de concilier ma vie de famille avec ma profession ce qui est parfois très épuisant. 

Pour me ressourcer mais aussi conserver une jolie silhouette je vais régulièrement à la piscine. Deux soirs par semaine je m'y rends seule, et j'en profite pour me détendre car j'ai très peu de moments à moi. 

L'autre soir j'ai remarqué que l'ancien Maître-nageur avait été remplacé par un nouveau qui m'est inconnu. J'avais pris l'habitude de le saluer quand je prenais une petite pause entre mes longueurs. 

Son remplaçant ne passe pas inaperçu : un black antillais d'environ 1m90 à la carrure assez impressionnante. Son fin maillot de bain rouge ne cache pas grande chose de sa musculature athlétique. Je n'ai pas l'habitude de mater les mecs mais j'avoue qu'un spécimen de ce style là je n'en rencontre pas tous les jours. Je m'assois au bord du bassin et répond à son salut sans pouvoir détacher mon regard de sa démarche souple et féline.

Je ne suis pas du genre à me faire draguer par le premier venu mais je sais reconnaître quand je plais à un homme. Plusieurs coups d'oeil appuyés et quelques sourires charmeurs m'ont fait comprendre que le maître-nageur avait des vues sur moi. Bon c'est vrai qu'en couple la routine s'installe rapidement mais je ne me plains pas de mon sort, je m'entends bien avec mon compagnon même si parfois au lit il montre trop de retenue. Oui j’avoue être moins prude qu'étant jeune du coup mes fantasmes sont plus hard et mes pensées plus cochonnes car une certaine époque.

Pourtant avant-hier, en le croisant à nouveau, j'ai senti mon coeur battre plus rapidement qu'à l'accoutumée. Sa façon animale de se déplacer et sa belle couleur sombre m'ont procuré des sensations troublantes au creux des reins.  J'avais un drôle de serrement au ventre en le regardant empiler les bouées contre le mur. L'heure tournait alors je me suis arrachée à la contemplation de son corps appétissant pour aller me changer.

Au bout de 10 minutes je lui fais signe car je n'arrive pas à ouvrir mon casier. J'ai tenté de demander de l'aide au gardien auparavant mais il n'était pas visible… 

Les lumières du bassin s'éteignent lentement pendant que José crochète le cadenas qui cède. Je récupère mes affaires un sourire de remerciement sur les lèvres à l'adresse du bel athlète à la peau bruni par le soleil des îles. La piscine semble soudain étrangement silencieuse. Plus de bavardages ni de rires autour de nous. José me confirme que nous sommes les derniers :

- la piscine est déserte, dépêchons nous de sortir... 

Nous nous réfugions rapidement dans deux cabines contiguës. Les joues en feu d'avoir respiré son parfum de musc naturel, j'entre dans la cabine et tire la porte sans la fermer totalement.  Je sens mes jambes trembler pendant que j'enlève mon maillot mouillé et froid. J'ai toujours été satisfaite de mon physique, bon j’avoue que je suis assez petite mais très bien proportionnée. Petits seins, mini-tétons, jambes fines et étroit et charmant popotin bien cambré. Mes cheveux longs auburn me donne un air gracile. Il m'arrive de me faire draguer mais je n'encourage jamais les hommes car j'aime ma vie actuelle avec Sébastien et je ne vois pas l'intérêt de le tromper avec un inconnu.

J'ai l'incontrôlable envie de provoquer le destin. Dans la cabine d'à côté José doit penser la même chose que moi car soudain la porte s'ouvre le laissant apparaître dans son plus simple appareil. Mes yeux curieux se braquent sur son sexe en érection aux dimensions hors normes. Son regard ne fait aucun doute : il veut me baiser et mes jambes se dérobent sous moi tant j'en ai envie. Je suis nue et je ne cache même pas mes seins ou ma chatte. Mon corps entier est attiré vers cet homme sexy et viril. Ses yeux glisse au centre de mon ventre plat :

- humm tu t'épiles pas j'adore...

Ses yeux fixent avec un désir sincère mon entrecuisse dont la fourrure foncée forme un contraste excitant  avec ma peau laiteuse.

Je suis en train de vivre un rêve éveillé. L'odeur puissante du chlore m'excite terriblement et l'idée de baiser avec le maître-nageur me brûle les reins et rends mes tétons tous durs. Il me soulève telle une plume et écrase sa bouche pulpeuse sur la mienne. Sa langue sucrée s'enroule autour de la mienne et une pointe de mouille inonde mon vagin. Avec une agilité de guépard, José réussit à  poser ses fesses sur le mini banc en bois de la cabine et me soulève pour m'asseoir sur son membre large et érigé fièrement. Mes mains collées sur ses pectoraux en 3d, je savoure l'instant suprême ou son gros pieu d'ébène s'immisce entre mes lèvres humides pour me remplir le vagin. Un râle rauque s'échappe de mes lèvres pendant que ses mains se promènent sur mes fesses pour les ouvrir et les fermer à chaque coup de pieu. Je suffoque en accueillant ce formidable phallus à la circonférence extraordinaire. J'ai la sensation étrange qu'on me remue le bas ventre dans tous les sens. Mon clitoris tendu frotte sur sa grosse queue qui disloque totalement mon petit trou ravagé. Sa toison frisée caresse mes tétons gonflés et sensibles.  A cet instant j'ai l'impression que des milliers de bulles brûlante explosent dans mon ventre. Ce truc énorme qui dévaste mon fourreau fait onduler mon corps en tout sens à la recherche du plaisir qui augmente à mesure que la bite me ramone. Mes mains pétrissent chaque muscle saillant de son corps parfait. 

Submergée par une intense jouissance je m'agrippe de toutes mes forces à ses épaules massives pour sentir encore quelques instants la lave chaude qui se déverse dans mon minou rassasié.

 

 

Please reload

Histoires récentes...
Please reload

© 2015 RDVQ.fr | Disclaimer | Paris | Lyon | Marseille | Bordeaux | Nantes | Toulouse